Le témoignage d’Andrée

 

C’était un samedi peu avant midi, je revenais du coiffeur avec mon fils de 24 ans et ma fille de 9 ans. Avant de passer à table je voulais regarder dans le miroir ma nouvelle coupe, et là, mon Dieu, j’étais « jaune poussin », je venais de faire une hépatite fulminante. Je n’en connais pas encore vraiment la raison aujourd’hui, j’étais en pleine forme, et pourtant…

Le médecin prévenu immédiatement par mon fils m’a dit « vous savez madame, ca peut etre très grave ce que vous avez, il faut vous rendre immédiatement aux urgences ». A l’hopital une infirmière dont le visage ne laissait planer aucun doute, m’a annoncé que les résultats de mes analyses étaient plus que catastrophiques. Je ne comprenais pas, car je ne me sentais pas mal, j’allais bien ! Deux jours plus tard les médecins m’ont confirmé que ce que j’avais était plus que gravissime et que la seule chose qui pouvait me sauver était une greffe de foie. Ils m’ont inscrite sur la liste des receveurs, le lendemain je passais dans la catégorie « urgents », puis dans « super urgents »…
Quelque part en France, une personne, une famille dans le l’inquiétude également attendait aussi… mais pour eux la mort avait gagné.
Dans un grand geste d’humanité et d’espoir ils ont fait don des organes de leur parent décédé afin de sauver des vies, une de ces vie ce fut moi. Celà a fait 9 ans le 29.9 que j’ai fêté ma nouvelle vie avec un foie tout neuf. Ce qui m’est arrivé peut arriver à n’importe qui. Je pense souvent à la famille qui m’a permis de vivre une prolongation à mon existence ; je porte quelque part en moi un tresor qu’elle m’a confié.

Des fois je me surprends à lui parler, d’imaginer ce que pouvait etre sa vie. Mais je ne saurais jamais, car en France les dons sont anonymes et gratuits. Voilà, grace à la greffe et au don je vis, et ma fille et mon fils ont toujours leur maman. Merci à Maud au nom de tous les autres greffés et au mien bien sur. Maud nous t’aimons, tu continues à vivre quelque part.Grace à toi et ton geste, tu auras, malgré le malheur, des enfants qui naitrons, sans toi ils ne seraient peut etre pas là non plus pour continuer ce parcours de l’humanité.

réalisation ipcorse.com ©2005 Ass-Maud.com

Retour

N’oublie pas ! Passe la vie autour de toi…